SOMMAIRE
a
a
LE MONASTERE
a
INFORMATIONS
a
RESSOURCES
Chant byzantin en français
Bibliographie monastique
Notre livre d'or
Contactez-nous

 

1.- Le Patriarcat de Constantinople

L'Eglise a été fondée en l'an 31 par l'Apôtre André.

En 324, ce Patriarcat reçoit le titre de "Nouvelle Rome" lorsque l'empereur Constantin le Grand quitte Rome pour s'installer à Constantinople.

Constantinople prend toute son importance sous l'empereur Théodore qui en fait la véritable capitale de l'Empire Byzantin.

Le troisième canon du deuxième concile oecuménique (381) élève le trône de Constantinople au second rang après Rome et soumet l'Asie, le Pont, la Thrace et les Balkans sous sa juridiction.

En 518, le Patriarche de Constantinople reçoit officiellement le titre de "Patriarche Oecuménique".

En Occident , du 8ème au 9ème siècle, l'évêque de Rome prend peu à peu rang de chef politique. C'est à cette époque que se crée l'état papal. L'Eglise romaine, forte de ce pouvoir temporel grandissant, intervient alors de plus en plus dans les affaires internes de l'Eglise d'Orient (pape Nicolas), ce qui est source de frictions.

C'est aussi au 9ème siècle que le Patriarcat envoie les saints Cyrille et Méthode évangéliser les slaves (d'où l'alphabet cyrillique).

En 1054, le schisme est consommé pour des raisons théologiques (adjonction du Filioque dans le Credo latin) mais aussi politique : les croisades sont la première conséquence de cette séparation (1204 prise de Constantinople par les croisés et destruction du Patriarcat). Pendant 57 ans, le Patriarche déplace son siège à Nicée.

En 1453, Constantinople est prise par les Turcs. Sous Mahomet II tous les chrétiens de l'Empire Ottoman sont considérés comme une nation.Le Patriarche est investi, en plus de son autorité spirituelle, du titre d'Ethnarque, responsable de tous les chrétiens devant la "Porte sublime".

Aujourd'hui, malgré la laïcité (1922), le Patriarcat vit, en Turquie, une situation relativement précaire et ce qui reste de l'Orthodoxie, après conflits et génocides, y est souvent menacé.

Selon le traité de Lausanne de 1923, Ankara et Athènes disposent d'un droit de veto lors de l'élection des chefs de leur minorité religieuse respective. Ainsi, l'élection du Patriarche est soumise à l'approbation de l'état turc.

La difficulté de compréhension vient du fait que le successeur de l'Apôtre André n'est pas seulement le responsable de la minorité orthodoxe de Turquie (quatre à cinq mille descendants des byzantins), il est avant tout le Premier Patriarche de toute l'Orthodoxie.

Ce rôle supranational, indiscutable pour deux cent cinquante millions d'orthodoxes de par le monde, n'a pas toujours été bien admis par le gouvernement turc. Heureusement, un changement significatif a été enregistré depuis l'élection de Monseigneur Bartholomée 1er.

Les choix politiques de la Turquie sont souvent contestés par l'Europe. Pourtant la Turquie présente un visage européen, elle occupe, en raison de sa réalité géographique, une position clef.

Depuis les récents bouleversements en Europe centrale et au Moyen-Orient, Istanbul retrouve, plus que jamais, sa vocation de carrefour entre Orient et Occident.

2.- Sa Sainteté le Patriarche Oecuménique Bartholomée 1er

Le Patriarche Bartholomée 1er (Dimitrios Archondonis) est né le 29 février 1940 à Imbros, île turque de la mer Egée. Après un diplôme à l'Institut de Théologie de Halki en 1961; il accomplit son service militaire dans l'armée turque (officier de réserve). Il a d'ailleurs maintenu jusqu'à ce jour des liens étroits avec le gouvernement. Envoyé par le Patriarcat comme étudiant à l'université grégorienne de Rome, il obtient un doctorat de droit canonique et poursuit son cursus à l'Institut Œcuménique de Bossey (Genève) puis à l'université de Munich. De retour à Istanbul en 1968, il devient vice-recteur de l'Institut de Halki (fermé depuis par les autorités turques). L'année suivante il est ordonné prêtre. Lorsque son prédécesseur le Patriarche Dimitrios 1er accède au siège patriarcal en 1972, il apparaît comme son plus proche collaborateur et assume la direction de son secrétariat particulier. En 1973, il est ordonné Métropolite de Philadelphie. En 1974, il devient membre du Saint-Synode et siège dans plusieurs commissions synodales. En 1990, il est élu Métropolite de Chalcédoine ce qui le positionne comme doyen du Saint-Synode. Le Patriarche Bartholomée est aussi membre du Comité Central du Conseil Œcuménique des Eglises. Il est Docteur Honoris Causa de nombreuses universités (grecques, anglaises, russes, américaines, autrichiennes).

Monseigneur Bartholomée est depuis longtemps la cheville ouvrière du patriarcat. Il a accompagné, pendant près de vingt ans, le Patriarche Dimitrios, de bienheureuse mémoire, dans ses déplacements à l'étranger et participé activement aux dialogues interorthodoxes et aux échanges interconfessionnels.

Monseigneur Bartholomée a aussi beaucoup travaillé à l'avancement du dialogue avec Rome. Il a organisé, en 1979, la visite du Pape Jean-Paul II au Phanar et, en 1987, celle du Patriarche Dimitrios 1er au Vatican.

 

 

Ainsi son élection (le 22 octobre 1991) a suscité une satisfaction unanime tant sa stature semblait s'imposer. En 1992, peu après son élection, il a invité à "Constantinople" les primats des Eglises autocéphales orthodoxes afin de promouvoir un témoignage commun. Depuis, il a visité quasiment toutes les Eglises autocéphales et les communautés de la "dispersion" (vingt et un voyages en quatre ans).

ŒCUMENISME

Sur le plan des relations avec Rome, le Patriarche Bartholomée est le digne héritier du Patriarche Athénagoras, pionnier de l'œcuménisme. Il est fidèle à l'extrême ouverture d'esprit dont a fait preuve son prédécesseur Dimitrios 1er et poursuit un dialogue constructif avec l'Eglise romaine malgré les difficultés qui subsistent (la question des uniates).

ENVIRONNEMENT

Convaincu des enjeux liés à l'environnement, le Patriarche Bartholomée organise en 1992 un colloque à Halki avec le soutien du Duc d'Edimbourg qui le reçoit, en retour, en 1993 au palais de Buckingham. Monseigneur Bartholomée a fixé le 1er septembre comme journée pan-orthodoxe de prière en vue de la protection de la création. En septembre 1995, il convie les principaux décideurs de notre temps à une réflexion sur l'avenir de notre écosystème à la lumière du 1900ème anniversaire de l'Ecriture de l'Apocalypse.

VOYAGES  OFFICIELS

Ses voyages officiels à l'étranger ont commencé en 1992. Dès 1993, Monseigneur Bartholomée est invité à Bruxelles par Jacques Delors au Conseil de l'Europe. Il y aborde notamment les conséquences de la chute du communisme dans les pays de l'Est. En 1994, il est reçu au Parlement européen de Strasbourg. Sa visite ne passe pas inaperçue dans les médias qui, par-delà le factuel, saisissent l'importance de son intervention sur les enjeux de notre temps.

HOMME  DE  COMMUNICATION

Monseigneur Bartholomée manie avec aisance la langue française (parmi sept autres langues). Sa vivacité d'esprit, sa jeunesse, son charisme de père spirituel, son extrême connaissance des enjeux de ce siècle, en font un interlocuteur exceptionnel.

ADRESSE DU PATRIARCAT ŒCUMENIQUE :

Rum Patrikanési 34220 Fener Haliç Istanbul Turquie Tél : +90-212-531.96.70-6 Fax : +90-212-534.90.37